Past exhibitions

Afrique Les religions de l’extase

18 May 2018 - 6 January 2019

Au MEG chaque exposition est la promesse d’un voyage. À partir du 18 mai prochain, escale en Afrique, à la découverte des cultures religieuses de ce continent.

L’exposition «Afrique. Les religions de l’extase» révèle la richesse des pratiques religieuses africaines. Tout au long du parcours, le public plonge dans une atmosphère de mysticisme et découvre la ferveur des croyants.

Image
Okerenkoko, royaume de Gbaramatu

Sans titre

Okerenkolo Lutz (1973 -)

Nigeria, delta du Niger

Mai 2010

Plus de 400 pièces inédites, issues des collections du MEG, sont enrichies par de fascinantes images de cinq photographes contemporains de renommée internationale. Une série de courts témoignages filmés présentent le point de vue des adeptes eux-mêmes. Des installations vidéo d’un artiste éthiopien ponctuent le parcours d’exposition en révélant la notion du sacré dans les religions autochtones africaines.

Image
Masque

Masque

Liberia, région côtière

Fin du 19e, début du 20e siècle

Bois, peau, fer, coton. H 33 cm

Acquis en 1935 chez Edmond Morlet à Bruxelles

MEG Inv. ETHAF 014816

L’exposition suit le fil conducteur de l’extase religieuse, une communion intense avec les forces divines. C’est un état dans lequel une personne se trouve comme transportée hors de soi et hors du monde réel.

Image
Holy 1 De la série Vues de l'esprit

Holly 1

De la série Vues de l'esprit

Fabrice Monteiro (1972 - )

2014 (2017)

Edition 5/5 Papier Hahnemuehle Etching 350 gr.

167 x 125 cm

MEG Inv. ETHPH 421483

Dans «Afrique. Les religions de l’extase», la religion est définie comme un ensemble de rituels qui relient les vivants entre eux, face aux puissances de l’invisible : dieu unique, divinités multiples, esprits des ancêtres ou de la nature.

Le parcours de l’exposition dévoile les religions monothéistes (islam, christianisme et judaïsme), les religions africaines autochtones, les cultes de possession et les univers magico-religieux. Ici, l’Afrique n’est pas envisagée comme un espace géographique, mais comme un espace culturel. Ces pratiques religieuses se retrouvant jusque dans les Amériques et l’Europe, où elles ont été largement diffusées par la diaspora.