Past exhibitions

La fabrique des contes

17 May 2019 - 5 January 2020

Ils sont loin d’être réservés aux enfants, et pas si innocents qu’il n’y paraît. Le MEG met en lumière les récits traditionnels avec l’exposition «La fabrique des contes». À partir du 17 mai prochain, le public pourra s’immerger dans ce monde fantastique, mais aussi découvrir son histoire ainsi que les multiples instrumentalisations dont il fait l’objet.

 

Il était une fois… Chacun de nous connaît des histoires commençant par ces quatre mots. De la Finlande à la Grèce, de l’Espagne aux Alpes, les contes font partie de notre patrimoine commun. C’est cet univers à la fois très familier et complètement fantasmatique que le MEG explore dans sa nouvelle exposition. En franchissant le seuil, le public se retrouve projeté dans une atmosphère surprenante, où les récits se vivent comme une expérience sensorielle.

Image
Le Petit Chaperon rouge

Installation de Johnathan Watts avec les collections du MEG

Suisse, Genève

2018

Huit contes, peu ou pas connus du grand public, sont mis en scène dans des «théâtres de l’imaginaire». Lanterne magique, diorama, miroirs, illusions d’optique et changements d’échelle permettent de s’immerger véritablement dans l’histoire et de s’affranchir des règles du monde réel. Fabrice Melquiot, directeur du théâtre Am Stram Gram, a réécrit pour le MEG des versions contemporaines de ces récits souvent ancestraux. Mais leurs enjeux restent d’actualité : la difficulté de trouver un conjoint, le rapport à la nature et à la mort, ou encore la soif insatiable de pouvoir. Quatre illustrateurs livrent leur vision des contes à travers des dessins, peintures et papiers découpés. Des objets tirés des collections européennes du Musée permettent de leur donner vie.

Leurs enjeux restent d’actualité : la difficulté de trouver un conjoint, le rapport à la nature et à la mort, ou encore la soif insatiable de pouvoir.

Les spectateurs découvrent aussi l’envers du décor. Une autre partie de l’exposition révèle l’histoire européenne de cette tradition orale, dont il existait à l’origine presque autant de variantes que de récitants. Collectés dès la Renaissance, les contes se voient désormais figés dans une version unique correspondant aux attentes du public de l’époque. Qui voudrait lire aujourd’hui cette mouture du Petit Chaperon rouge où l’enfant mange la chair de sa grand-mère, tuée et rôtie par le loup ?

Image
La fabrique des contes

Immensément populaires, appartenant à l’imaginaire collectif européen, les contes ne pouvaient manquer d’être récupérés pour formater les esprits et orienter les comportements. Souvent à portée morale, ils permettent d’inculquer aux enfants les vertus de la société bourgeoise. Le domaine politique s’en empare également, l’instrumentalisant à des fins de propagande ou de contestation. Tel le parti nazi, qui produit des films transposant les histoires des frères Grimm dans l’Allemagne des années 1930. Ou le mouvement féministe, qui fait de la sorcière une figure antipatriarcale. Aujourd’hui encore, chacun peut interpréter les contes à sa manière, et y projeter ses propres valeurs...

Scénographie: Holzer Kobler Architekturen

Opérations de montage de l'exposition «La fabrique des contes».

Revivez en accéléré les quatre mois de montage de l'exposition et l'arrivée des premiers visiteurs le soir de l'inauguration.