Exposition temporaire

Injustice environnementale - Alternatives autochtones

24 septembre 2021 - 21 août 2022

Le MEG présente son exposition intitulée «Injustice environnementale – Alternatives autochtones». Le thème abordé est l’urgence climatique, l’un des enjeux majeurs de notre époque. Le parcours présente les perspectives et les savoirs et savoir-faire de peuples autochtones pour faire face aux dégradations de leurs territoires accélérées par les changements de climat.

 

Application Web d'aide à la visite
 

Story Map
Complément à l'exposition

 Bibliographie
[PDF 0.8 Mo]

 

Image
Brochure exposition Injustice environnementale - Alternatives autochtones

Injustice environnementale - Alternatives autochtones
Brochure de 78 pages.
MEG, 2021.
Prix: 10 CHF.

Détail

Commander

Informations pratiques

MEG

Du 24 septembre 2021 au 21 août 2022
Du mardi au dimanche
de 11h à 18h

Accessible aux personnes à mobilité réduite

12 / 8 CHF

Image
Injustice environnementale Alternatives autochtones

Masque du Chef des saumons Amiilgm Sm’ooygidm Hoon
Par Gyibaawm Laxha - David R. Boxley (1981-)
Ts’msyen
États-Unis, Alaska, Metlakatla
2020
Bois d’aulne, peinture acrylique
Réalisé à l’occasion de l’exposition
MEG inv. ETHAM 068762
© MEG, J. Watts

Ts’msyen d’Alaska, Amazighs du Maroc, Anishinaabeg des États-Unis et du Canada, Samis de Fenno-Scandinavie, Māori de Nouvelle-Zélande, Maasaï du Kenya et de Tanzanie, Aïnous du Japon, Insulaires des Îles Marshall, Kali’na de Guyane, partout dans le monde, près de 500 millions d’autochtones défendent leurs droits face à l’injustice environnementale qui menace leur économie, leur santé et leurs cultures.

Les peuples autochtones sont particulièrement vulnérables en raison de leur étroite dépendance à leur milieu naturel pour leur culture, leur santé et leur subsistance. Ces communautés ont un rôle important à jouer dans la recherche d’alternatives, grâce à leurs savoirs et savoir-faire ancestraux qui se révèlent particulièrement efficaces pour la protection de la biodiversité, des sols, de l’eau et des écosystèmes.

L’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» donne la parole à ces femmes et ces hommes qui veulent faire valoir leurs droits collectifs à contrôler leurs territoires. Le parcours s’articule autour de la situation politique, géographique et sociale de peuples autochtones dans le monde d’aujourd’hui. Il montre comment ils proposent de modifier la relation avec les écosystèmes pour faire face aux dégradations de l’environnement accélérées par le changement climatique.

L’exposition présente la façon dont ces communautés répondent à ces enjeux à travers une éthique du soin et une culture de la réparation. Le parcours expose la manière dont ces peuples s’appuient sur leurs droits fondamentaux pour résister face à l’injustice environnementale, protéger leurs territoires et transmettre leurs connaissances aux jeunes générations.

À travers des biographies et des témoignages vidéo, au moyen d’installations artistiques et de cas d’étude concrets, l’exposition nous emmène de l’Alaska à la Micronésie en passant par la Malaisie, le Japon ou le Maroc. Cinq artistes, chercheurs, chercheuses et activistes autochtones provenant des États-Unis, de Guyane et de Norvège ont été invité-e-s à créer des oeuvres spécifiques pour le MEG. David R. Boxley, Gavin Hudson, Kandi McGilton, Ti’iwan Couchili et Máret Ánne Sara portent un regard sensible sur leurs territoires, leurs histoires et leurs communautés, et nous interpellent sur la relation que nous entretenons avec nos écosystèmes. De nombreux autres artistes ainsi que des institutions en Suisse et à l’étranger ont également prêté des créations contemporaines provenant du Canada, des USA, des Îles Marshall et d’Australie.

«Cette exposition présente comment les savoirs et savoir-faire autochtones peuvent être mobilisés pour protéger l’environnement. Le MEG donne la parole à des femmes et des hommes qui nous démontrent qu’une autre relation à notre planète est possible pour autant que l’on respecte leurs droits fondamentaux», explique Carine Ayélé Durand, conservatrice en chef et curatrice de projet.

L’exposition «Injustice environnementale – Alternatives autochtones» se veut un espace pour écouter la voix des peuples autochtones et tisser avec eux un futur commun. Cet avenir s’appuyant sur les valeurs du soin, de la protection, de la réparation, du respect et de la responsabilité à l’égard de notre environnement.

Avec le soutien du Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme